Début l’utilisation de nouvelles capacités cognitives, la recherche

Début de l’adolescence (11-13 ans) : cette phase se caractérise par l’ajustement aux changements pubertaires, l’apprentissage de l’utilisation de nouvelles capacités cognitives, la recherche d’une place parmi les pairs, la confrontation aux attentes liées au genre. Dans cette période, le jeune souhaite plus de responsabilité, mais ne revendique pas encore son indépendance.

• Mi-adolescence (14-16 ans) : gestion de la sexualité, prise de décisions morales, développement de nouvelles relations avec les pairs, équilibre entre autonomie et appui sur l’autre. Cette période se caractérise souvent par des difficultés avec les parents. Kerr et Bowen (1988 1988 cité par Merinfeld, 2008) considèrent que les adolescents rebelles de manière chronique et leurs parents sont trop peu différenciés les uns des autres. Le résultat de la recherche de Fuligni et Eccles (1993) a montré que les adolescents dont leurs parents étaient trop autoritaires, dépendaient le plus de l’approbation de leurs pairs. Tandis que les parents qui encourageaient des prises de décisions indépendantes étaient moins dépendants de leurs pairs. Autrement dit, les tentatives des parents d’inhiber l’autonomie de leurs adolescents poussent ces adolescents(es) à se rapprocher de leurs pairs, et par conséquent, ils deviendraient plus dépendants(es) de leurs pairs.

We Will Write a Custom Essay Specifically
For You For Only $13.90/page!


order now

• Les adolescents plus âgés (17-19) : la période de construction de l’identité, l’expérience de l’intimité et départ de la maison familiale. Dans cette période, les adolescents sont face à des défis complexes. Ils conservent et entretiennent leurs relations avec les adultes signifiants de leur vie et ils transforment ces relations afin d’y introduire plus d’autonomie personnelle(le processus d’individuation). La nature de la relation enfants-parents devient de plus en plus symétrique sur le plan du pouvoir interpersonnel et de l’autorité (Eccles et al., 1993).

Ils se sentent plus sécurisés en eux-mêmes et dans leurs rapports avec le monde, ils contrôlent mieux leurs impulsions et se définissent des objectifs.